LES ATELIERS JEUNESSE

de  Tradons !

Chantons, dansons et jouons sur les chansons de Tradons

La force des ateliers jeunesse de Tradons est l’alliance entre la chanson, la danse, le jeu, le conte traditionnel et la médiation culturelle. Les enfants sont pour nous, les fils conducteurs entre la tradition orale et la société dans laquelle ils vivent. Lors de nos présentations, ils apprennent en participant. Ils sont du début à la fin, invités à se mettre en action. Le mariage spectacle et médiation culturelle fait d’eux bien plus que des spectateurs. Ils deviennent les acteurs de la présentation. Ils s’imprègnent de l’artiste, reproduisent ce qu’il fait et ils innovent en proposant leurs propres chansons, comptines, rimettes et histoires.

À la fin de la présentation, ils connaissent les chansons, les danses, les jeux et les contes. Ils sont en mesure de reproduire ce que l’artiste a présenté. Ils repartent avec de nouveaux trésors à partager avec amis, parents et voisins. C’est par eux que la tradition se poursuit. Ils lui permettent de se développer et de demeurer vivante. Ce sans pression, juste en chantant, en dansant, en jouant et en contant. Tous les ingrédients sont en place pour une belle recette de transmission réussie.

Les ateliers de Tradons c’est le spectacle, mais aussi la médiation culturelle. Les enfants, professeurs et organisateurs d’événements culturels ont toujours accès au matériel pédagogique qui complète nos présentations. Les présentations sont d’une durée de 45 minutes. Consultez la section « blogue » sur notre site internet afin de pouvoir vous inspirer de nos audios.

Pour obtenir plus d’informations ou pour réserver votre présentation :

info@tradonsensemble.com ou en nous contactant au 450 944-0345.

LES ATELIERS POUR ENFANTS

Pour faire des enfants les fils conducteurs entre la tradition orale et leurs parents !

 

Les ateliers de Tradons regroupent sous un même toit la chanson, la danse et le jeu chanté et dansé traditionnels. On ajoute à ces trois éléments de la tradition oarle, le conte afin de se détendre et de laisser libre court à l’imaginaire. On marie tous ces ingrédients avec la médiation culturelle et nous voici en présence d’une transmission de tradition complète et réussie ! Le but de cette combinaison est de permettre aux enfants d’explorer différents éléments de la tradition orale québécoise, tout en s’amusant, en se détendant et en se réunissant. Ces actions aident à leur santé physique et psychologique.

La chanson, la danse et le jeu traditionnels permettent la libération d’hormones apaisantes chez quiconque les pratique. Ces hormones, aussi appelées « hormones du bonheur », aident les enfants à se détendre, donc à moins ressentir les effets néfastes du stress et de l’anxiété. Selon les dernières découvertes scientifiques, les enfants qui chantent, dansent et jouent à des jeux chantés et joués en groupe sont plus serviables et plus sociables. La pratique de ces éléments de notre tradition orale leur permet d’intégrer plus facilement les concepts de coopération et de respect. Les ateliers que Tradons proposesont favorables au bon processus de socialisation des enfants âgés de 5 à 12 ans.

 

Voici des exemples de chansons et de jeux chantés et dansés qui peuvent être intégrés à nos ateliers. Les suggestions et demandes spéciales sont toujours les bienvenues.

La chanson (en groupe)

Voici quelques exemples :

LA CHANSON ÉNUMÉRATIVE

Souvent on y ajoute le mime, afin que les enfants la vivent.

 

CE TYPE DE CHANSON PERMET :

Sur le plan physique

  • Développement de la coordination par le mime, le tapement de mains et la danse;

  • Intégration du rythme par le chant et le tapement de mains.

 

Sur le plan mental

  • Accroissement des facultés de mémorisation;

  • Développement de la diction;

  • Prise de conscience de son existence à l’intérieur d’un groupe;

  • Positionnement par rapport aux autres;

  • Communication avec les autres;

  • Facilitation du processus de socialisation;

  • Amplification de la confiance en soi.

 

Exemples de chansons énumératives :

« Alouette, je te plumerai »

L’enfant mime ce qui est plumé chez l’alouette en touchant la tête, en mimant le bec, en touchant le cou, en mimant les ailes, ainsi de suite. Il doit faire preuve de beaucoup de mémoire et de coordination pour l’énumération et le mime qui se font en suivant un ordre de la tête à la queue. Le tapement de mains et la danse sur le refrain permettent à l’enfant de tenir le rythme. L’enfant s’écoute et écoute les autres, pour enfin écouter l’ensemble. Il se produit à l’intérieur d’un groupe, ce qui lui donne confiance en lui. Il doit s’ajuster aux autres, ce qui développe sa coopération et son esprit d’équipe. Tout le processus de socialisation est comblé.

« Pierrot n’a pas…»

Pierrot n’a pas de chapeau, de chemise, de cravate, de bas, de souliers, etc. nous permet de ramener l’enfant à lui-même, lorsque le matin, il ne sait pas quoi mettre ou refuse de se vêtir de ce que ses parents ont choisi pour lui la veille. Les enfants ont un malin plaisir à énumérer ce que Pierrot n’a pas.

 

« Bonhomme, bonhomme »

Il s’agit d’énumérer par récapitulation, un peu comme pour l’alouette, l’instrument dont le bonhomme joue. Il est proposé de d’abord faire chanter tous les enfants ensemble afin de bien leur faire apprendre la chanson et ensuite, de les diviser par type d’instruments. Par exemple, le groupe des tambours, des pianos, etc. Le sentiment d’appartenance à un groupe est alors mis en avant-plan. Par contre, tous les groupes peuvent crier ensemble « Bonhomme ! », ce qui ramène les sous-groupes à une ramification de groupe. Le rassemblement se positionne par rapport à l’individualisme.

 

LES ENFANTINES

Chansons brèves, répétitives ou facile à mémoriser.

  • Les p’tits minous
  • La poulette grise

 

 

 

LA CHANSON MNÉMOTECHNIQUE

Permet à l’enfant de retenir un air, habituellement joué avec un instrument par un mélodiste, grâce à des paroles.

  • Les p’tits oiseaux

       C’est aussi une chanson qui peut être faite en dialogue, ce qui aide l’enfant à communiquer avec l’autre.

 

  • La guénille

       Permet aux enfants de répondre, mais aussi de danser, deux par deux.

 

Les différents types de chansons proposées :

  • Énumérative;

  • Enfantine;

  • En dialogue;

  • Mnémotechnique.

On joue, on chante et on danse ! (en groupe)

 

LES DANSES

 

Danse à crochet

Avoine, avoine
Chanson, mime et danse. Permet aux enfants de vivre l’histoire du « bonhomme qui plante et récolte son avoine » et de danser avec son voisin ou sa voisine. Le rythme est au centre de cette danse, car en plus de chanter, il faut taper des mains et des pieds, tous ensemble.

 

Contredanse chantée

J’ai un beau château

C’est une chanson dans laquelle deux lignes se donnent la réplique en dansant. C’est aussi un jeu d’affrontement entre deux équipes (les deux lignes). Ce jeu-dansé développe l’esprit de collaboration, le travail d’équipe et la saine compétition.

 

Ronde

La ronde développe la coopération des enfants. En effet, si l’on veut que la ronde fonctionne, on doit tous partir en même temps et aller dans le même sens. Le respect des règles est aussi au cœur du bon fonctionnement du jeu.

 

Promenons-nous dans les bois

Cette ronde est un jeu de poursuite qui permet de développer son sens de l’observation et sa vitesse de réaction. L’enfant au centre (le loup) observe ses compères et se demande lequel il va attraper. Les enfants qui font la ronde, quant à eux, sont sur le qui-vive pour partir lorsque le loup criera « J’arrive! »

 

Sur le pont d’Avignon

Une ronde qui permet aux enfants de mimer ce que font les mesdames et les messieurs. On se distingue les uns des autres selon qu’on est une fille ou un garçon et on s’unit à notre « CLAN », garçon ou fille. Les enfants de 7 à 10 ans adorent se distinguer par le clan du même sexe. C’est à cet âge que l’identité sexuelle se forge.

 

Savez-vous planter des choux ?

Cette ronde-chantée fait partie des enfantines. Elle permet à l’enfant de se situer dans l’espace et de prendre conscience de son corps.

Il doit utiliser les différentes parties de son corps pour faire semblant de planter des choux.

 

 

LE JEU

Trois fois passera

Deux participants forment une arche avec leurs bras et chantent « Trois fois passera ». Ces deux participants ont choisi au préalable un nom d’équipe. Par exemple, les bananes et les fraises. Les autres participants chantent aussi et doivent passer en dessous de l’arche un après l’autre, sous forme de file. Lorsque la chanson se termine, l’arche attrapera un prisonnier qui devra choisir les bananes ou les fraises, sans savoir qui représente les bananes et qui représente les fraises. Il ira en arrière de celui qui représente son choix. Celui qui attrape le plus de participants forme avec ses prisonniers l’équipe gagnante. Un jeu qui demande de la coordination,du respect de celui qui nous précède et des règles ainsi que du contrôle de soi. On chante, on danse et on doit attendre son tour pour passer en dessous de l’arche.

 

Le p’tit cochon

Un jeu de poursuite où celui qui n’est pas attentif ou celui qui ne court pas assez vite risque de se faire attraper et de devenir « le p’tit cochon ». Les autres participants lui chantent alors la chanson du p’tit cochon. Ce jeu demande de la concentration, de l’attention et de la rapidité d’exécution. Il faut aussi accepter de perdre, mais on le fait dans le plaisir, en chantant, et en plus lorsqu’on perd, on est le centre d’attraction.

 

Jean dit accompagné de Jean petit qui danse

L’animateur donne des commandes aux participants. Ceux-ci doivent les exécuter seulement si l’animateur dit « Jean dit ». S’il ne le dit pas, les participants ne doivent pas bouger. Ceux qui bougeront seront éliminés et devront danser sur la chanson « Jean petit qui danse », chantée par ceux qui restent dans le jeu. Personne n’est exclu, tout le monde participe jusqu’à la fin.

 

La chaise musicale en chanson

Une chanson très rythmée accompagne ce jeu. On met des chaises une à côté de l’autre, en sens inverse l’une de l’autre, et les participants doivent, dès que la chanson débute, tourner en dansant autour des chaises. Lorsque la chanson arrête, chacun doit se trouver une chaise. Comme il y a une chaise de moins que le nombre de participants, on se trouve à éliminer celui ou celle qui reste debout. Le gagnant est celui qui ne se fait pas éliminer. Un jeu de vitesse, mais aussi de concentration. Pour les grands groupes, on peut mettre cinq chaises de moins que le nombre de participants. Chaque fois qu’un danseur est éliminé, on enlève une chaise. Les enfants adorent ce jeu, mais il est également intéressant de voir les adultes y participer avec beaucoup de compétition !

 

On conte avec Tradons 

 

  • Le conte est d’abord raconté aux jeunes.

  • Les enfants sont ensuite invités à participer à un conte à trous. Ils doivent meubler les vides en se souvenant de l’histoire.

  • Les enfants finissent par conter l’histoire en groupe.

chez nous, chez vous, partout !

Tradons

Tradons c'est lui, c'est elle, c'est vous autres, c'est nous autres. C'est tout Lanaudière, c'est tout le Québec ! La conjugaison du verbe à la première personne du pluriel n'est pas un hasard. C'est un sentiment d'appartenance grandeur plus que nature à son peuple, à sa communauté et à ses origines.

I BIOGRAPHIE I

Mélanie Boucher est une chanteuse au répertoire traditionnel lanaudois. Plusieurs des chansons de son répertoire; lui viennent de son grand-père et de son oncle. D’autres, entendues dans Lanaudière ont marqué son oreille. On peut actuellement la reconnaître; comme conceptrice de Tradons et en tant qu’interprète et coauteure; dans le projet « Chansons et réflexions intimes, dans un salon ouvert ! » Une de ses grandes passions : la transmission de la chanson et du jeu traditionnels aux enfants !

« Les enfants forment l’avenir de notre société, aussi bien leur faire vivre et palper la tradition ! »

Contactez-nous

COURRIEL : info@tradonsensemble.com

TÉL. :

450 944-0345

icon_CampdeJour.png

La p'tite semaine Trad 

Cliquez sur le Camp de jour pour plus d'infos