La chanson, la danse, le jeu et la santé avec Tradons !

Mis à jour : 12 avr. 2019

Article rédigé par Mélanie Boucher

Le 23 janvier 2019


Plusieurs études (américaines, suisses, finlandaises et allemandes) démontrent les bienfaits de la musique sur la santé.[1] Plus particulièrement, ceux de la pratique du chant, comme instrument transmetteur du bien-être, qui contribue au maintien d’une bonne santé. Tout comme l’exercice du chant, la danse aurait aussi des effets épicuriens, revitalisants et apaisants. En effet, l’action de chanter et de danser libère une grande quantité d’ocytocine, d’endorphine, de prolactine, de dopamine et de sérotonine, des hormones nécessaires à l’équilibre du corps et du psychisme humain.

Ces hormones, aussi appelées « hormones du bonheur» ou « hormones du bien-être », permettent à l’individu de surmonter le stress et l’anxiété et d’en limiter les effets néfastes sur sa santé physique et mentale. Ces hormones provoquent chez la personne qui chante ou qui danse, des élans de plaisir, de désir et de bonne humeur qui aident à surmonter les difficultés du quotidien et la tristesse. Grâce à la sécrétion des « hormones du bonheur », les gens sont plus détendus et le taux de cortisol présent dans leur corps (substance chimique engendrée par le stress) est plus bas. Il est donc normal qu’après une veillée de chansons ou de danses, on se sente apaisé et « frais comme une rose ».

Il est impressionnant de constater les effets remarquables et positifs du chant et de la danse chez l’être humain et de prendre conscience des effets bénéfiques de ces deux « transmetteurs d’hormones », profitables à la santé.



Les ateliers de Tradons : un apport considérable à l’amélioration de la qualité de vie et de la santé des enfants !


Les ateliers de Tradons (chansons, danses et jeux chantés et joués traditionnels) offerts aux jeunes de cinq à douze ans, en camp de jour, en milieu scolaire et lors d’événements festifs, sont conçues en tenant compte des conclusions des différentes études scientifiques. Ces dernières révèlent que chanter et danser, surtout en groupe, aide le corps à libérer des hormones qui contribuent à diminuer le taux de cortisol dans l’organisme, donc à réduire le stress et l’anxiété chez les enfants. Cette diminution du stress leur apporte bonne humeur et confiance. Le premier objectif de Tradons est justement de diminuer le stress et l’anxiété chez les enfants et d’enrichir leur confiance en eux.


Selon des études scientifiques menées en 2010 et en 2013, les enfants qui pratiquent le chant ou la danse seraient plus serviables et plus sociables, surtout s’ils pratiquent en groupe.[2] En chantant en groupe, les enfants apprennent à vivre et à travailler ensemble, à s’écouter soi-même, mais aussi à écouter les autres et à écouter l’ensemble de l’œuvre. Ils doivent alors être capables d’être eux-mêmes devant les autres, mais aussi de faire place à l’autre. Ce qui va de pair avec le deuxième objectif de l’équipe de Tradons, soit l’expérience positive du groupe dans l’accomplissement de l’enfant.


En chantant et en dansant en groupe, l’enfant apprend à coopérer avec ses pairs. Il créer des liens d’amitié, en se découvrant des affinités avec les autres. Chanter et danser en groupe permet à l’enfant de socialiser avec ses pairs. La chanson et la danse viennent briser l’isolement. Les jeux chantés et dansés de Tradons ont un effet bénéfique sur l’intégration des concepts de respect et de coopération chez l’enfant qui y participe. Ces jeux lui permettent aussi de développer son sens de l’observation.


Par exemple, lors de l’exécution d’une ronde, tous apprennent à partir dans le même sens et à arrêter en même temps, sans quoi, la cohésion du groupe ne fonctionne pas et la ronde est impossible à pratiquer. Lors d’une ronde où un enfant se retrouve au centre, afin de partir sur une poursuite à la fin d’une chanson ou d’une comptine (exemple du « jeu du loup »), cet enfant apprend à observer les autres afin de choisir celui qu’il attrapera. Les jeux chantés et dansés sont faciles à organiser. Ils permettent aux enfants d’y participer sans trop de difficultés et de prendre conscience de l’importance de l’esprit d’équipe. Chez Tradons, les concepts de respect et de coopération sont palpables et la socialisation de l’enfant s’enrichit à chaque activité.


La comptine et la chanson énumérative au cœur des ateliers de Tradons


La pratique d’une chanson énumérative ou d’une comptine permet à l’enfant de se faire confiance et de se mesurer aux autres. Elle lui permet aussi de développer ses facultés de mémorisation et de diction. Lorsque les enfants chantent l’Alouette (chanson énumérative), ils prennent conscience du fait qu’il faut se synchroniser les uns avec les autres pour que la chanson soit audible. Ils doivent récapituler tout ce qui a été plumé; la tête, le bec, le cou, les ailes, etc. Ils apprennent à se suivre les uns et les autres et se souvenir. Lorsque les enfants sont appelés à réciter des comptines, ils se rendent comptent qu’il y a des règles à respecter. Par exemple, si la comptine comporte une question, il faut attendre que l’autre la pose avant de répondre. Belle expérience de mémorisation, d’écoute et de respect. Chez Tradons, nous travaillons les facultés de la mémoire et le respect des règles !


Bref, les activités de Tradons, tels que les jeux chantés et dansés ainsi que la chanson et la danse traditionnelles, permettent la libération de plusieurs hormones bénéfiques à la santé physique et mentale des enfants. Ces hormones permettent de réduire le stress et l’anxiété. En plus d’aider dans le processus de socialisation des enfants, les activités de Tradons leur font prendre conscience de leur existence à l’intérieur d’un groupe. L’enfant, qui existe parmi cette collectivité de pairs, apprendra à écouter, à observer, à respecter les autres et à se faire confiance. « Une journée, un atelier, un moment avec Tradons, c’est bon pour le moral, la santé et le développement des enfants ! » – Mélanie Boucher, conceptrice de Tradons.





[1] Proulx, Monique, M.D. (2014) Pourquoi la musique ? Son importance dans la vie des enfants ? Montréal : Édition du CHU Sainte-Justine.

[2] Proulx, Monique, M.D. (2014) Idem.

183 vues